Artemisia ou la Vagabonde

Artemisia ou la Vagabonde

Luxe , le nouvel age des égéries

J'ai lu un article interessant dans le vogue de Septembre intitulé " Luxe, le nouvel age des égéries".

 

Les marques de luxe ont enfin compris que plus de la moitié de la population féminine au monde a plus de 50 ans surtout en Europe et aux amériques du nord (USA et Canada).

 

Ces séniors, actrices, musiciennes et écrivaines, artistes de tout genre apportent quelque chose de plus fort qu'un mouvement de mode futile, de la sérénité et une connaissance de la vie (douleur et bonheur).

 

Les séniors tel que IRIS APFEL, la nonagénaire qui est folle de mode. Ses lunettes sont sa carte de visite.

Elle est le symbole de la joie de vivre que peut donner une thérapie par le shopping si on veut bien y mettre de l'audace et de la personalité. Son âge frappe mais surtout sa gaieté et son sens du baroque.

 

Soif de narration, multicouches, besoin de visages moins retouchés, envie de destins plus que d'opportunismes, de singularité et de profondeur; les incarnations Iggy Popesques, Marianne Faithfullesques, Jane Birkinienne donnent du caractères aux marques qu'elles défendent . Elles tutoient des femmes de leur générations.

 

Par ses séniors, les marques tutoient des femmes de leur génération qui grace à leur fort pouvoir d'achat représentent pres de la moitie des clientes du luxe à ce jour, et elles donnent aux jeunes femmes un modèle à contempler : LA GRACE DE L'AGE.

 

Ces séniors là ne sont pas malléables contrairement aux jeunes mannequins (avec des étoiles plein les yeux), car les séniors savent qui elles sont et ce qu'elles représentent aux yeux des consomatrices.

 

A quand la même considération pour les rondes ...

Je vais reprendre un extrait d'un reportage sur Lalaa MASAKI " Moi aussi, j'ai un pouvoir d'acata et vous refusez de satisfaire mes désirs vestimentaires"

 

Côté anti-âge, le marketing évolue aussi avec la société. Finie la rhétorique antirides, on avance vers une acceptation des signes de vieillissement. «Le côté lifté d'il y a quinze ans est complètement ringard», fait remarquer Ambre Venissac.

Plus de vingt ans après avoir été évincée de Lancôme car trop âgée, Isabella Rossellini, 66 ans, est revenue au sein de la maison de luxe en fanfare dans une campagne non-photoshopée dévoilée en mars. Dans un communiqué publié à l'annonce de cette collaboration, Lancôme portait ce discours : «Isabella Rossellini entretient un rapport très positif et serein à l'âge, vécu comme une forme d'affranchissement et de renforcement de soi.» Quant à l'actrice italo-américaine, elle a ironisé dans une interview pour la marque : «Pourtant, je n'ai pas rajeuni!»

 



03/02/2019
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres